Vergine bella

Musique de Rore et Palestrina sur un poème de Pétrarque

Les mises en musique de Vergine bella sont parfois qualifiées de « madrigaux spirituels » puisqu’elles se situent à la frontière entre sacré et profane. En effet, le sujet est sacré et se rattache clairement à la tradition catholique du culte à la Vierge, mais l’utilisation de la langue italienne, plutôt que du latin, évoque la pratique profane du madrigal. Les compositeurs ont su profiter de cette ambiguïté en ayant recours tantôt au contrepoint rigoureux du motet sacré, tantôt à la souplesse et à la richesse harmonique du madrigal.

Avec Ariadne Lih (soprano), Caroline Tremblay (flûtes à bec), Jean-Michel Marois (violon), Alexis Risler (luth)

Contribution volontaire

Date:
Lieu: Chapelle du Musée de l'Amérique francophone